Un brin d'histoire

HISTORIQUE

Il y a près d'un siècle, l'aviation privée en était à ses débuts et restait le privilège de quelques riches pionniers. Le vol à voile démarrait seulement en France, et le moindre survol d'un avion dans le ciel de Sarreguemines créait un événement qui attirait la curiosité des habitants et provoquait la joie des enfants.

C'est dans ce contexte, en 1929 précisément, que deux jeunes, les frères ALT, fondent avec un camarade de classe, Jean KOCH, le "Meccano de Sarreguemines."En 1932,ils commencent à construire un planeur de 6m d'envergure, le P3. Ils ont 17 et 15 ans à peine, sont rejoints par Adolphe METZGER, 13 ans, pour donner une forme associative à leur club qui devient alors "L'Espoir Aéronautique de Sarreguemines" le 9 mars 1932. L'aviateur René LEFEVRE, qui traverse l'Atlantique-Nord en 1929 à bord de "l'Oiseau canari",  deux ans après Charles Lindbergh,accepte la présidence d'honneur. Charles FRANCO, éminent pilote d'essai chez CAUDRON et originaire de Sarreguemines, adressera ses vœux de réussite les plus chers à nos jeunes fondateurs.

Photo anc EAS.JPG

Années 1970

Armand Schroeder à gauche, Pierre Neu au milieu et Joseph Sarter à droite

L'école de pilotage

En mars 1935, les frères ALT prennent contact avec Fernand CHAUVIN, chef pilote de la firme POTEZ à Metz, pour donner des cours de pilotage ; ce dernier accepte sous réserve de rassembler un nombre suffisant de candidats.

Le porte-à-porte de nos jeunes dirigeant est fructueux: 12 élèves s'inscrivent et sont prêts à débourser 4.500 F, somme conséquente. Les premiers pilotes à être brevetés le seront en septembre 1935; parmi eux, une jeune femme de 20 ans, Jeanne BOUTON, première femme pilote de Moselle, dont le mari deviendra plus tard Commissaire de l'Aéroclub de France, agréé pour la passation des brevets de pilote d'avions et de planeurs.

Démarrage du vol à voile

En novembre 1936, Alfred ALT a 19 ans et lance la section Vol à Voile au sein de "l'Espoir Aéronautique". En tant que moniteur bénévole, il assurera la formation des premiers vélivoles jusqu'à la déclaration de guerre en septembre 1939. Le club dispose alors de deux planeurs, le "Sablier 14" et "l'Avia-A" racheté d'occasion à l'aéroclub de Toul. Comme la section a le vent en poupe, le Ministère de l'Air va la doter de deux appareils supplémentaires en 1937 : un planeur "Avia11A" et un "Avia15A".

L'année 1938 voit arriver un recrutement de choix avec les deux frères Armand et René SCHROEDER, âgés de 14 et 16 ans; très vite, ils montrent des prédispositions notoires en matière de pilotage. Il n'est pas étonnant qu'après la Libération en 1945, la responsabilité de la section leur soit confiée. Armand SCHROEDER, dit "Micky", prendra les rênes de l'aéroclub en 1952 et restera président pendant 32 ans, bien secondé par son épouse Antoinette, non moins passionnée !

Le virus du vol à voile est transmis à leurs deux fils qui ne manquent pas de porter haut les couleurs du club. Marc, l'aîné et actuel président, remportera en 1981 le championnat du monde de vol à voile à Paderborn en Allemagne. Il sera vice-champion du monde en 1987 à Benalla en Australie, et trois fois champion de France. Philippe, le cadet, créera en 1978 en collaboration avec ses parents au terrain industriel de la ville "Schroeder Aviation", une industrie familiale spécialisée dans la vente et la réparation de planeurs ainsi que dans la construction de remorques.

Aujourd'hui, la section peut encore s'enorgueillir de compter dans ses rangs d'autres champions en la personne de Christian MALLICK, plusieurs fois champion de France, et de son fils Victor entré dans le cercle très fermé du Pôle Espoir national. Et n'oublions pas que l'Espoir Aéronautique a remporté ces dernières années plusieurs titres de champion de France des clubs!

Ouverture de la section ULM

Conscient que la panoplie aéronautique devait encore s'étoffer et s'adapter à une demande grandissante, le club a décidé en 2016 de créer une section Ultra Légers Motorisés (ULM). Parmi les 6 classes considérées comme des ULM, le club a choisi celle des "Multiaxes ou Trois axes", c'est-à-dire les avions biplaces légers de 100CV au maximum qui ne doivent pas dépasser un poids total, machine, occupants et essence de 525kg s'ils sont munis d'un parachute.

La chaîne des présidents depuis 1932

Albert et Alfred ALT, les fondateurs de l'Espoir Aéronautique, exercent une direction collégiale de 1932 à 1939

Alfred ALT de 1945 à 1950

Paul HAAS de 1951 à 1952

Armand SCHROEDER de 1953 à 1983

Guy MULLER de 1984 à 1987

Gilbert PHILIPPE de 1988 à 1999

Jean-Luc BIEBER de 2000 à 2003

Jean-Pierre AMARTIN de 2004 à 2013

Denis GROSS de 2013 à 2016

Marc SCHROEDER depuis 2016

Conclusion

 Le club, presque nonagénaire, compte aujourd'hui une centaine de membres, dont certains pratiquent les trois activités. Il est assez rare, en effet, que sur un même site un club présente une offre complète dans les trois domaines que sont le vol moteur et le vol à voile. Le grand terrain le permet, de même que l'esprit d'amitié et de solidarité qui unit les pilotes.

L'histoire illustrée par la famille SCHROEDER à travers certaines anecdotes...

EAS Journal 1939 mai
EAS Journal 1947 juin.jpg
EAS Journal 1947 juillet.jpg
Brevet F  AS 1947.jpg
1- Michel PICOLI à L'EAS.jpg
1b Picoli.jpg

Michel PICOLI est venu à l’EAS en 1967-68 accompagné de l'un de ses amis : Gérard STREIFF.Ce dernier était un cascadeur qui avait piloté de nombreux avions dans des tournages de film, comme dans "La Grande Vadrouille" et dans "Les choses de la vie", film où il a côtoyé Michel PICOLI.

Le célèbre acteur avait passé tout un après-midi au club et a laissé le souvenir d'un comédien abordable et sympathique !
Sur la photo floue : M. PICOLI et le père de Marc, Armand SCHROEDER, alors président du club. 

2 - Reischmann Moffat.jpg

REICHMANN Helmut et George MOFFAT :
voilà deux champions du monde qui sont venus s’entraîner à Sarreguemines en 1976.
REICHMANN était originaire de Sarrebrück, et volait à l’Akaflie. Il a été triple champion du monde de vol à voile et était un bon ami du club.Il est malheureusement décédé dans une collision en vol dans les Alpes.

MOFFAT était Américain. Il a d’abord gagné des compétitions en yachting, puis a été double champion du monde de vol à voile.

04 - construction Fauconnet.jpg

. Construction du Fauconnet / A60 en kit:
le club de Sarreguemines a monté une belle flotte de planeurs en construisant des planeurs en kit.
L'EAS disposait de 5 aéroplanes de ce type , dont 4 construits en kit. Les numéros de concours débutaient par 1xx. Le xx était le numéro de série, suivi de k lorsque le planeur était construit en kit. 

  1. Le Fauconnet F-CCQI, n°31k (n° de Concours 131) construit en kit, d’où le K derrière le numéro de série

  2. Le Fauconnet F-CCVT, n°67 (n° de Concours 167)         

  3. Le Fauconnet F-CDFH, n°105k (n° de Concours 205) construit en kit et gagné par le club au concours Fauconnet

                et deux Fauconnets privés, tous deux construits en kit :

  4. Le Fauconnet F-CDBF, n° 78k (n° de Concours 178) construit par François Gross

  5. Le Fauconnet F-CDBH, n° 80k  (n° de Concours 180) construit par Armand Schroeder. Il est actuellement en     exposition au musée de la Wasserkuppe dans la Rhön en Allemagne

5 - Tiger Moth moyeu cassé.jpg

Rupture de moyeu d’hélice du remorqueur Tiger Moth:

l’incident est survenu lors d’un remorquage avec Richard Mallick aux commandes.

L’hélice est tombée dans un jardin de la ville. Les gens l’ont ramenée en fin d’après-midi !!!

Le monde et les gens étaient différents à l’époque..!

7 - Paderborn.jpg

. Championnats du monde de vol à voile à Paderborn en 1981: Marc SCHROEDER a gagné ce Championnat en classe standard sur un LS4.

Le second était un Norvégien, et le troisième Gabriel Chenevoy, chef pilote au centre national de St Auban et ami de Marc.

Gabriel était une grande figure du vol à voile qui a su enseigner la pratique du pilotage à de nombreux vélivoles.

Les gens parlent encore de lui aujourd’hui, bien qu'il soit décédé 6 mois avant les championnats du monde de planeur au Texas à Uvalde en 1991.